Newsletter n°2 – Février sans supermarché

Bonjour! Si j’ai décidé de partager cette newsletter sur le blog, c’est dû à la situation sanitaire actuelle, les supermarchés sont pris d’assaut et surtout on y rencontre beaucoup de monde.

C’est l’occasion de découvrir les épiceries près de chez vous, moins fréquentées que les grands centres commerciaux et surtout continuer de vivre dans son quartier ou son village -attention, je ne dis pas de ne pas respecter les règles d’hygiène et il faut faire attention de ne sortir de chez soi que si cela est nécessaire-

Voilà donc la Newsletter n°2 du mois de février:

Bonjour la compagnie!

Je reviens avec la seconde Newsletter pour vous parler de l’action “Février sans supermarché”.

Le défi a été lancé en 2017 par le média suisse “En vert et contre tout” (www.envertetcontretout.ch ), s’ils n’étaient pas beaucoup pour la 1e édition, on estime à environ 10’000 foyers suisses qui ont participé à cette 4e édition.

Loin de moi l’idée de vous dire qu’il ne faut plus aller dans les grandes surfaces, chacun fait comme il veut mais surtout comme il peut! Lorsqu’on travaille, qu’on fait du sport, qu’on va chercher les enfants à la crèche ou qu’on doit faire les devoirs, peu d’entre nous ont encore le temps de passer chez l’épicière et le boulanger en quittant le travail à 18h!

Mais j’avais envie de vous parler des commerçants de notre région, ces gens qui rendent notre vie plus saine, plus agréable, plus sympathique que les supermarchés en ligne ou les grandes surfaces impersonnelles.

Pour commencer, il faut être conscient que les agriculteurs de notre région livrent une grande partie de leurs récoltes aux deux géants oranges suisses donc cela constitue une grande partie de leurs revenus, loin de moi l’idée de vous dire de boycotter totalement ces magasins. D’ailleurs, chez Coop ou Migros, on trouve ces mêmes produits saisonniers, bio et locaux. Cependant, il est important de trouver aussi un circuit de distribution court afin de valoriser le travail des agriculteurs.

Chacun d’entre nous est déjà convaincu que manger bio, de saison et local contribue à notre équilibre ainsi qu’à l’équilibre de la planète. C’est ce que propose chaque petit commerçant, c’est aussi simple que cela.

Personnellement, j’achète mon fromage à la fromagerie de Cottens, cela ne me coûte pas plus cher. Bien sûr, il faut se déplacer, mais quel gain de temps de pouvoir se parquer juste devant l’entrée, ça me prend sérieusement 3 minutes!

Pareil pour la boucherie de Cossonay, là ça me prends plus de temps car ils sont super réputés et il y a toujours énormément de monde le samedi!

Dans notre petit village de Gollion, on a la chance d’avoir une boulangerie / épicerie où je trouve un très bon pain et je peux même y aller à pieds!

De plus, maintenant que les offices de poste disparaissent “comme neige au soleil” -personne ne me contredira cette année!- c’est à l’épicerie du village d’Aclens que je dois aller chercher mes paquets, j’ai donc découvert un joli petit commerce où l’on trouve plusieurs produits d’artisans régionaux, ça limite les déplacements dans tous les villages, super pratique!

Une épicerie où l’on trouve vraiment de tout, c’est “Chez Anita” à Lavigny.

Pour celles et ceux qui n’ont carrément pas le temps de se déplacer, vous pouvez également vous renseigner sur les associations qui vous livrent directement des paniers de légumes, comme www.lafermequiroule.ch si vous habitez dans la région de Moudon.

Par ailleurs, se rendre chez les commerçants cela évite également les achats impulsifs et la surconsommation que l’on peut faire dans les grandes surfaces où tout est étudié pour nous faire consommer. C’est donc aussi davantage de moyens financiers à consacrer à des achats responsables!

Il est important de prendre conscience que les quelques clients que nos deux grosses coopératives perdront, ne leur manqueront pas. Par contre, cela peut considérablement aider le commerçant du quartier de gagner quelques clients réguliers.

Le “plus” des commerçants locaux c’est l’emballage ou plutôt la suppression d’emballage plastique. Les légumes ne sont pas emballés, on les met directement dans le caba, puis directement dans le frigo, c’est monsieur, qui n’aura plus besoin d’aller à la déchetterie, qui nous remerciera!

Chacun y trouve son compte, en effet une personne se rendra chez un petit commerçant pour limiter ses déchets, une autre afin de consommer local et une troisième parce que l’épicière est sympathique et donne de bons conseils.

J’ai changé mon planning de publication et je vais essayer ces prochaines semaines de vous relayer ou vous donner des conseils afin qu’on traverse cette période, autant que possible, dans la légèreté et la bonne humeur!

Donc la semaine prochaine: plusieurs idées pour faire du sport sans salle de sport ou sans matériel ! Ne manquez pas le post de jeudi prochain!

xx The gos

Love it. Share it.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code