Wanderlust

Bonjour bonjour!

Je suis de retour après 2 semaines de repos, j’ai même pas été tellement active sur Instagram… j’étais comment dire.. au bout du rouleau (I know I’m such a drama queen! hehe) mais I’m back!

Et vous savez quoi? ben ça me fait super plaisir de m’y remettre et de vous retrouver!

Aujourd’hui, je partage mes 2 randonnées des Diablerets que j’ai faites la semaine dernière car elles sont faciles, sympas et avec une vue! mais alors là vous allez pas en revenir! (…enfin si j’espère!!)

La 1e – Creux de champs ou Refuge de Pierredar

Elle vous emmène au pieds du “cirque” tout en bas de la falaise au 28 cascades dans une réserve naturelle où vit le diable (des Diablerets;)). Il paraît que les soirs d’orage c’est là qu’il joue aux quilles et qu’il essaie de faire tomber un gros rocher – le dernier resté debout après l’éboulement de 1714.

Vous pouvez vous parquez au grand parking au bas du village et vous longez la rivière la “Grande Eau” en passant à proximité des terrains de tennis et continuez de remonter le cours d’eau jusqu’à la hauteur de la passerelle d’Aigue-Noire, puis en direction du Droutzay et de Creux de champ. Quittez ensuite la route pour emprunter un sentier caillouteux jusque dans la réserve naturelle au pied de la fameuse falaise. C’est là le point de départ pour monter au Refuge de Pierredar (comptez 4h aller-retour depuis Creux de champ – 6km). Ensuite pour le retour, traversez la rivière du Dar et continuez sur le chemin pédestre jusqu’à la route forestière puis jusqu’au village. Cela vous prendra environ 2h aller-retour.

La 2e – Col de Voré ou Lac d’Arnon,

Elle se trouve plus haut dans la montagne, elle part depuis le Lac Retaud, vous y arriverez en montant tout en haut du village, en face du départ du téléphérique pour le Glacier 3000, une route monte sur la gauche, tout en haut du chemin vous serez au Lac Retaud.

De là, vous empruntez le petit chemin sur la droite du lac, environ 300 mètres plus loin, empruntez le petit sentier à gauche qui monte raide jusqu’au Col de Voré. C’est un itinéraire de montagne donc il faut être équipé de chaussures de marche car vous traverserez un pierrier et d’habits adaptés à la montagne car la météo peut changer très vite. Il y a qu’1 chemin donc vous le suivrez jusqu’au col que vous atteindrez en 45 minutes environ, depuis là vous pouvez très bien redescendre par le même chemin (1h30 aller-retour, 4.5km) ou vous pouvez descendre de l’autre côté du col toujours en suivant le sentier et atteindre le Lac d’Arnon (Arnensee), depuis le Lac Retaud comptez environ 4h aller-retour pour 12km.

Itinéraire

Merci à l’Office du tourisme des Diablerets qui nous a très bien renseigné!

D’autres randonnées à partager? Allez il reste encore pleins de weekend avant le mauvais temps! Pour moi l’automne est la meilleure saison pour marcher, les paysages sont magnifiques en forêt ou en montagne!

Pour d’autres idées, vous pouvez consulter des post déjà publiés sur le Bisse du Trient et les gorges de la Jogne ou encore le Barrage d’Emosson.

Je vous dis à la prochaine et vous souhaite une belle semaine!

Newsletter n°2 – Février sans supermarché

Bonjour! Si j’ai décidé de partager cette newsletter sur le blog, c’est dû à la situation sanitaire actuelle, les supermarchés sont pris d’assaut et surtout on y rencontre beaucoup de monde.

C’est l’occasion de découvrir les épiceries près de chez vous, moins fréquentées que les grands centres commerciaux et surtout continuer de vivre dans son quartier ou son village -attention, je ne dis pas de ne pas respecter les règles d’hygiène et il faut faire attention de ne sortir de chez soi que si cela est nécessaire-

Voilà donc la Newsletter n°2 du mois de février:

Bonjour la compagnie!

Je reviens avec la seconde Newsletter pour vous parler de l’action “Février sans supermarché”.

Le défi a été lancé en 2017 par le média suisse “En vert et contre tout” (www.envertetcontretout.ch ), s’ils n’étaient pas beaucoup pour la 1e édition, on estime à environ 10’000 foyers suisses qui ont participé à cette 4e édition.

Loin de moi l’idée de vous dire qu’il ne faut plus aller dans les grandes surfaces, chacun fait comme il veut mais surtout comme il peut! Lorsqu’on travaille, qu’on fait du sport, qu’on va chercher les enfants à la crèche ou qu’on doit faire les devoirs, peu d’entre nous ont encore le temps de passer chez l’épicière et le boulanger en quittant le travail à 18h!

Mais j’avais envie de vous parler des commerçants de notre région, ces gens qui rendent notre vie plus saine, plus agréable, plus sympathique que les supermarchés en ligne ou les grandes surfaces impersonnelles.

Pour commencer, il faut être conscient que les agriculteurs de notre région livrent une grande partie de leurs récoltes aux deux géants oranges suisses donc cela constitue une grande partie de leurs revenus, loin de moi l’idée de vous dire de boycotter totalement ces magasins. D’ailleurs, chez Coop ou Migros, on trouve ces mêmes produits saisonniers, bio et locaux. Cependant, il est important de trouver aussi un circuit de distribution court afin de valoriser le travail des agriculteurs.

Chacun d’entre nous est déjà convaincu que manger bio, de saison et local contribue à notre équilibre ainsi qu’à l’équilibre de la planète. C’est ce que propose chaque petit commerçant, c’est aussi simple que cela.

Personnellement, j’achète mon fromage à la fromagerie de Cottens, cela ne me coûte pas plus cher. Bien sûr, il faut se déplacer, mais quel gain de temps de pouvoir se parquer juste devant l’entrée, ça me prend sérieusement 3 minutes!

Pareil pour la boucherie de Cossonay, là ça me prends plus de temps car ils sont super réputés et il y a toujours énormément de monde le samedi!

Dans notre petit village de Gollion, on a la chance d’avoir une boulangerie / épicerie où je trouve un très bon pain et je peux même y aller à pieds!

De plus, maintenant que les offices de poste disparaissent “comme neige au soleil” -personne ne me contredira cette année!- c’est à l’épicerie du village d’Aclens que je dois aller chercher mes paquets, j’ai donc découvert un joli petit commerce où l’on trouve plusieurs produits d’artisans régionaux, ça limite les déplacements dans tous les villages, super pratique!

Une épicerie où l’on trouve vraiment de tout, c’est “Chez Anita” à Lavigny.

Pour celles et ceux qui n’ont carrément pas le temps de se déplacer, vous pouvez également vous renseigner sur les associations qui vous livrent directement des paniers de légumes, comme www.lafermequiroule.ch si vous habitez dans la région de Moudon.

Par ailleurs, se rendre chez les commerçants cela évite également les achats impulsifs et la surconsommation que l’on peut faire dans les grandes surfaces où tout est étudié pour nous faire consommer. C’est donc aussi davantage de moyens financiers à consacrer à des achats responsables!

Il est important de prendre conscience que les quelques clients que nos deux grosses coopératives perdront, ne leur manqueront pas. Par contre, cela peut considérablement aider le commerçant du quartier de gagner quelques clients réguliers.

Le “plus” des commerçants locaux c’est l’emballage ou plutôt la suppression d’emballage plastique. Les légumes ne sont pas emballés, on les met directement dans le caba, puis directement dans le frigo, c’est monsieur, qui n’aura plus besoin d’aller à la déchetterie, qui nous remerciera!

Chacun y trouve son compte, en effet une personne se rendra chez un petit commerçant pour limiter ses déchets, une autre afin de consommer local et une troisième parce que l’épicière est sympathique et donne de bons conseils.

J’ai changé mon planning de publication et je vais essayer ces prochaines semaines de vous relayer ou vous donner des conseils afin qu’on traverse cette période, autant que possible, dans la légèreté et la bonne humeur!

Donc la semaine prochaine: plusieurs idées pour faire du sport sans salle de sport ou sans matériel ! Ne manquez pas le post de jeudi prochain!

xx The gos

Une nuit dans un igloo

Mon homme et moi on aime bien passé une nuit dans un lieu insolite, on a testé la yourte, la tente, la cabane et.. l’igloo! Je vous raconte..

Photo: www.iglu-dorf.com

Cette nuit-là, il faisait particulièrement froid, il y avait un fort blizzard. D’ailleurs, les organisateurs ont dû annuler les sorties en raquettes et personne n’est sorti tester le jacuzzi!

On va pas se mentir, on a eu super froid!

On a commencé par faire un apéritif tous ensemble, il y avait une vingtaine de personnes, puis chacun est libre de manger la fondue quand il a envie. Pour notre part, on a visité un peu l’igloo. Avant que les gens installent leurs affaires, on peut visiter chaque chambre. Puis lorsqu’on y laisse nos sacs on peut fermé un rideau et plus personne n’y a accès.

Il y a des dortoirs à 6, des chambres Famille pouvant aller jusqu’à 6 personnes puis des chambres Romantique à 2, et il y a l’option Romantique-plus avec des toilettes privées (ben parfois oui je fais ma princesse;))

Les sculptures sont magnifiques! Je mets quelques photos en bas de l’article que vous puissiez admirer, franchement c’est beau! Chaque chambre a une sculpture différente, ce qui modifie également l’ambiance de la chambre, bien que toutes les chambres se ressemblent dans l’aménagement.

Après notre visite, on a mangé la fondue, ce qui nous a réchauffé et revigoré un peu! A l’espace restaurant, on peut s’assoir sur des tabourets en peaux de moutons ou des peaux directement posées sur des bancs de glace, les tables sont en bois, ça donne une jolie déco!

Heureusement, il y avait un petit chalet en bois à côté de l’igloo (un “Kota” = chalet de rondin chauffé par un feu de bois), il fallait juste sortir et traverser une petite place. On y a passé une bonne partie de la soirée finalement, dans une ambiance sympathique et on a pu se réchauffer avant d’attaquer la nuit à 0 degré.

L’installation dans la chambre est très cosy et les sacs de couchage sont fait pour résister aux températures polaires! Bien sûr l’air est froid (et j’ai gardé mon bonnet!) mais on ne peut pas dire qu’on a eu froid pendant la nuit. Bon on peut pas dire non plus qu’on a super bien dormi!! Mais c’était une belle expérience!

Dès 8h le lendemain, on vient vous réveiller avec un bon thé chaud que vous pouvez boire tranquillement dans votre sac de couchage avant de reprendre vos affaires et partir déjeuner. Là on a pas mangé dans l’igloo, le déjeuner était au Restaurant adjacent à l’arrivée des cabines. Nous avons passé la nuit dans l’Iglu-Dorf de Gstaad.

Honnêtement, c’est une belle expérience et on en garde un super souvenir! C’est une activité qu’on refera, je vous encourage à tester!

Pour plus de renseignements: www.iglu-dorf.com

Et juste pour vous montrer qu’il faisait vraiment un temps pourri! 😀

La magie des marchés de Noël

Photo: Baselswitzerland

Que se soit avec un gros bonnet et les mains gelées ou comme une année à Stuttgart par 15 degrés en t-shirt, la magie des marchés de Noël opère toujours!

Les souvenirs d’enfance, l’attente des cadeaux, les chants de noël ou simplement l’arrivée des fêtes et des congés, on dira ce qu’on veut mais Noël est magique!!

Vous y pensez?! Ça fait combien de Noël que vous vivez?! Malgré les années qui passe on attends Noël avec excitation et impatience! Si c’est pas pas magique ça!

Qu’on aime ou qu’on aime pas, Noël ne nous laisse pas indifférent.e, il suscite en nous une émotion.

Une tradition que je fais chaque année c’est visiter des marchés de Noël, c’est aussi l’occasion de découvrir l’offre des artisans et de découvrir des commerçants locaux, favorisez les petites enseignes qui ont, je dois le dire, de bonnes idées, qui se donnent beaucoup de peine à proposer des cadeaux ou des idées de cadeaux. Et honnêtement lorsqu’on y réfléchit acheter local c’est participer à la vie de la région, plutôt que d’être un client de grandes enseignes qui se soucient plus de votre porte-monnaie que de vous. Les artisans locaux vous donneront des conseils et prendront le temps de répondre à vos questions.

Par exemple, j’achetais un shampoing sur un site, tout à fait super! mais lorsque j’ai pris le temps d’aller directement dans la savonnerie qui le confectionne, j’ai eu des conseils utiles pour le soin de mes cheveux! C’est ça les commerçants locaux!

Florine nous parle du marché de Noël de Schaffhouse:

Schaffhausen est une ville située en Suisse dans le Oberrhein, comptant environ 36’300 habitants elle se relie facilement en train depuis la capitale vaudoise. La ville médiévale est dominée par son importante forteresse Le Munot faisant partie des fortifications de la ville.

Ce week-end (les 14-15 décembre) se tiendra le „Christkindlimarkt“ le marché traditionnel de noël, les exposants locaux exposeront uniquement des spécialités culinaires schaffhousoises ainsi que des objets fabriqués à partir de matières premières exploitées dans le canton. Il se déroule dans la ville mais aussi dans la promenade couverte du cloître Allerheiligen construit entre 1900 et 1919. 

Sur la place Herrenacker, se trouve durant les mois de novembre et décembre, une patinoire artificielle ouverte pour petits et grands, adjacente au chalet d’alpage „Bockalp“ qui sert de savoureuses spécialités au fromage.

Pour bien terminer la journée, savourer un excellent menu, que vous optiez pour une cuisine traditionnelle et raffinée ou des sushis, les cuisiniers vous régaleront. Le restaurant Güterhof, se situe au bord du Rhin, à 5 minutes à pied du centre-ville, son bâtiment à été construit en 1787. 

Pour vous loger, la ville dispose de plusieurs hôtels situés en centre-ville, le Vienna House zur bleiche est un hôtel récent et calme situé proche de la gare. Son buffet petit-déjeuner vous régalera.

Sinon dans la région

Dans la région, vous pouvez visiter les marchés de Noël de Montreux au bord du lac Léman et ne manquez pas celui, dans l’enceinte du Château, de Morges! Pour des produits du terroir partez au Moulin de Sévery et pour vous en mettre pleins les yeux, celui du Garden centre de Schilliger à Gland ou un peu plus loin dans la cité médiévale de St-Ursanne au Jura ou celui de Basel à Barfüsserplatz est très typique.

La tradition des marchés de Noël est très forte en Allemagne. Si vous avez l’occasion de partir en weekend, à Stuttgart, à Freiburg, à Hamburg ou dans la petite ville de Lörrach tout près de chez nous, n’hésitez plus!

Et comment ne pas vous recommander de visiter le marché de Noël de Strasbourg ou celui de Colmar!

Si vous vous décidez envoyez-nous des photos 😉

Belle escapade!

xx The gos

Basel und d’Basler Herbschtmäss

Vous connaissez la ville de Bâle? et la Foire d’automne “Herbstmesse“? (Herbschtmäss en suisse-allemand).

C’est en 1471 que la ville de Bâle s’est vue octroyer le privilège d’organiser la Foire “pour l’éternité”!

Cela fait donc bientôt 550 ans que fin octobre, on mange du Mässmogge et du Magenbrot sur la Petersplatz et qu’on déguste un Glühwein sur la Pfalz. C’est LE rendez-vous bâlois de l’année avec le carnaval.

La Foire d’automne commence le samedi précédant le 30 octobre. A midi précise, la Messeglocke de la Martinskirche donne le coup d’envoi des festivités jusqu’au dimanche soir 2 semaines plus tard, à part à Petersplatz où le marché ferme encore 2 jours plus tard, soit le mardi soir.

La fête fait partie intégrante de la mémoire de la ville, elle a su se réinventer et évoluer au fil des années. Elle a débuté par des stands à Petersplatz et maintenant ce n’est pas moins de 7 places qui accueillent 109 manèges forains et carrousels, 143 stands de restauration et 254 stands de marchandises!

A la Münsterplatz, vous pouvez monter sur la grande roue (60m de hauteur) pour apercevoir toute la ville et le Rhin.

Cette année encore la Foire s’adapte et vit avec son temps, un projet pilot de tri des déchets aux Kaserne et à Barfüsserplatz a été mis en place.

Pour y aller

Depuis la Suisse, c’est clairement en train. Depuis l’Europe, en passant par l’aéroport de Bâle-Mulhouse.

Pour dormir

Je ne vais pas remplacer votre site de réservation, je vous laisse voir ce qui vous convient mais je peux vous recommander 2 hôtels: Dasbreite Hotel, qui est également une fondation qui offre 40 places de travail accompagnées pour des personnes handicapées, et celui où nous sommes allés cette fois le Gaia Hotel qui est un bio hôtel donc tout était bio et durable: les cosmétiques dans la salle de bain, le mini bar ainsi que le déjeuner! On a pu nous-même presser notre jus d’orange et il y avait un choix de pain et de céréales sans gluten ainsi que du lait de soja ou du lait d’avoine et du beurre sans lactose. C’est super de voir que les hôtels s’y mettent aussi!

Pour manger

Là aussi chacun ses choix il y a bien sûr une quantité de restaurants différents pour tous les budgets: Parterre One, L’Unique, Resslirytti ou Zum Isaak, Zum Braunen Mutz, Rubino, Noohn, Besenstiel, Schlüsselzunft ou carrément la Brasserie des Trois Rois ou le Tibit’s pour les végétariens/vegan ou pour une bonne fondue le Elsbethenstübli.

Pour les Z’vieri (un ptit café dans l’après-midi)

Zum Kuss, la terrasse du Zum alten Stöckli, un café qui vaut le détour c’est Café-Elisabethen dans l’église Elisabethenkirche! Zum Teufel dans l’hôtel Teufelhof et si vous aimez les bonnes choses ne manquer pas de passer au Pane con Carne! C’est tellement beau… et bon!

Pour sortir

Bâle est une ville où rien n’est figé, un bar sympa n’ouvrira que pour la saison d’été ou au contraire en hiver une terrasse sera aménagée en “jardin d’hiver”. Les adresses qui ne bougent pas sont : le Bar Rouge qui a une vue incroyable sur la ville (même lorsque vous êtes assis sur les toilettes;)) L’Atlantis reste, depuis 1947, l’endroit incontournable pour toutes les générations de Bâlois! Et allez voir, les Kaserne, café-bar Fumare non-fumare, Acqua et les pubs tel que Paddy’s ou Pickwick. En été, partez jusqu’au port à Sandoase devant la borne des 3 pays: France, Allemagne et Suisse.

Pour y avoir vécu pendant plusieurs années, j’ai une quantité de bons endroits à vous recommander que je ne peux pas tous énumérer en même temps! Alors si vous y allez n’hésitez pas à me laissez un commentaire, ça me fera plaisir de vous conseiller! 😉

Que ramener

Qu’une réponse possible: des Läckerlis! Bien sûr, ceux de Läckerli-Huus mais certaines boulangeries en proposent des délicieux. Ça fera l’objet d’un prochain article “Food” 😉

Petite recommandation maison: prenez le Fähri pour traverser le Rhin! C’est un voyage dans le temps! 😉

La patate douce – la star de cet automne

Avec recettes en bas de l’article

La patate douce est la star de cet automne, elle est sur toutes les couvertures de nos magazines Healthy et au coeur de toutes nos conversations bio.

Avec sa jolie peau dorée et sa belle robe rose, elle déambule sur tous les étalages de nos marchés, nous promettant des protéines naturelles, des vitamines, de nouvelles saveurs et une ligne parfaite!

En effet, ce tubercule à chair orangée est très riche en bêta-carotène qui protège les cellules et renforce nos défenses immunitaires. Intéressant pour les diabétiques et celles et ceux qui surveillent leur ligne: son indice glycémique est plus faible que celui de la pomme de terre (70 pour la patate douce et 111 pour les pdt), il fait donc monter le taux de sucre sanguin plus lentement.

De plus, elle est très riche en vitamine A, B6, B9, C et E ainsi qu’en oligoéléments et en minéraux et même en protéine, appréciée particulièrement par les végétariens. Son goût sucré vient de sa teneur élevée en amidon.

On en parle maintenant mais elle était déjà cultivée avant 1492 en Amérique lors de l’arrivée des colons. C’est un super aliment remit au goût du jour.

Pour commander vos patates douces, je vous recommande l’association La ferme qui roule à Curtilles:

www.lafermequiroule.ch

où on y retrouve mon amie Nataliya qui récolte aussi de la spiruline (cf. ici), son association propose également des paniers de légumes, des œufs et du miel si vous habitez dans la région!

Au mois de mai, 2000 plants ont été plantés à la main sur une parcelle préparée et mise à disposition par l’agriculteur, avec la condition de n’utiliser aucun traitement phytosanitaire. Durant l’été, plusieurs interventions mécaniques ou manuelles ont été réalisées pour désherber la parcelle et assurer la bonne croissance des patates. Et en octobre, une belle récolte a été réalisée, toujours à la main, en prenant soin de ce légume sensible.

Je vous propose quelques recettes pour la goûter sous son meilleur jour!

Tout d’abord, ce n’est qu’environ 2 semaines après sa récolte qu’elle est la plus saine et la plus savoureuse! Vous pouvez la cuire au four avec sa peau, de cette manière la plupart des nutriments sont conservés. Elle ne se garde pas indéfiniment, il faut la conserver au frais et éviter de la placer les unes sur les autres, petite astuce: vous pouvez placer une pomme tout près, ça évitera de la faire germer, grâce au gaz éthylène que dégage la pomme!

Patate douce farcie à la feta et au brocoli

  • 1 grosse patate douce
  • 1/2 brocoli
  • 1/4 gousse d’ail
  • 30 gr de feta
  • 1/2 CS de crème
  1. Piquez la patate douce sur toute sa surface et faites-la cuire au four à 180°C pendant 50 minutes (ou plus, il faut la piquer avec un couteau pointu -> si la lame s’enfonce bien c’est qu’elle est cuite)
  2. Faites cuire le brocoli
  3. Une fois la patate cuite, coupez-la en 2 et vider la chair (attention à ne pas abimer la peau qui est très fine)
  4. Avec la chair, faites une purée et ajouter l’ail et la crème
  5. Placez la purée dans les patates et émiettez la feta par-dessus, placez-y les bouquets de brocoli

Frites à la patate douce

  1. Coupez les patates sans les éplucher, placez-les dans un saladier avec un peu d’huile
  2. Ajoutez des épices ou des herbes tel que du romarin
  3. Faites-les cuire au four à 180°C-200°C, approximativement 20 à 30 minutes (en fonction de la taille des frites)
  4. Salez à la sortie du four

Petite astuce “apéro” : vous pouvez les enrouler de lard grillé et dégustez encore chaud!

Sauce à salade

  • 150 gr de patate
  • 3 CS de vinaigre balsamique blanc
  • 4 CS d’huile de colza
  • 4 CS d’eau ou de jus d’orange
  • 1/2 cc de sel et un peu de poivre
  1. Faites cuire la patate au four à 220°C avec la pelure pendant env. 20 minutes
  2. Une fois froide, pelez la patate
  3. Mixez le tout

Elle se conserve au réfrigérateur env. 1 semaine!

Et la dernière, Brownies vegan et sans gluten à la patate douce:

  • 250 gr de patate rôtie (prévoyez env. 500 gr crue)
  • 180 gr de chocolat noir – 75% au minimum
  • 70 g d’huile de coco
  • 1 cc d’extrait de vanille
  • 40 gr de sucre de coco
  • 2 cc de sirop d’agave
  • 100 gr de farine de riz (sans gluten) ou d’épeautre ou autre farine de votre choix
  • 30 gr de noisettes moulues
  • 1 bonne pincée de sel
  1. Épluchez et coupez en tranches les patates, badigeonnez-les avec un peu d’huile de coco (que vous aurez fait fondre au bain-marie) et enfournez-les à 200°C pendant env. 30 minutes
  2. Baisser le four à 180°C
  3. Faites fondre le chocolat, le sucre et l’huile de coco au bain-marie
  4. Pendant ce temps écraser la patate avec une fourchette afin d’obtenir une purée
  5. Quand le mélange au chocolat est fondu, versez-le dans un saladier avec la purée de patate et le reste des ingrédients. Battez le tout jusqu’à obtenir une pâte homogène, crémeuse et un peu collante
  6. Versez cette pâte dans un moule plat et enfournez pour env. 20-25 minutes
  7. Sortez les brownies du four et laissez-les reposer 15-20 minutes
  8. Dégustez tiède ou petite astuce: laissez-les au frigo et réchauffez-les juste avant de les manger 😉

” Bon appétit!

Queen Bee

Cette semaine, j’ai envie de partager avec vous notre expérience avec nos abeilles.

Un ami nous a fait découvrir les “BeeHomes”, alertés par la disparition des abeilles et l’appauvrissement de la biodiversité, on a eu envie de participer et de donner un ptit coup de pouce à l’environnement, mon papa s’est occupé tout l’été de notre hôtel à insectes et de sa petite population!

La BeeHome ou hôtel à insectes. On peut voir, dessous, le “tiroir”

Tour d’horizon: les abeilles maçonnes sont un groupe d’abeilles sauvages, elles sont bien connues pour être de grandes pollinisatrices (jusqu’à 300x plus efficace que les abeilles mellifères, elles pollinisent jusqu’à 2500 fleurs en 1 journée), 98% des fleurs visitées sont effectivement pollinisées. Elles sortent de l’hibernation entre mars et avril et commencent leur travail dans un rayon d’environ 100 mètres (jusqu’à 300 mètres) autour de leur habitat. Elles pollinisent les arbres fruitiers (pommiers, cerisiers et poiriers) et une quantité de plantes, elles sont donc aussi bien utiles au milieu des plantations qu’en centre ville.

Elles ne vivent pas en colonies, ne produisent pas de miel et sont inoffensives pour l’être humain, contrairement aux abeilles mellifères. De plus, elles ne s’intéressent pas du tout à notre nourriture, vous pouvez sans autre les accueillir sur votre balcon sans craindre les piqûres ou les agressions.

Très utiles pour les récoltes fruitières: les abeilles maçonnes volent même par temps légèrement pluvieux et relativement froid (à partir de 6 degrés) contrairement aux abeilles mellifères qui, elles, ne volent que par beau temps et par une température à partir de 12 degrés, elles assurent ainsi leur travail de pollinisation pour les futurs récoltes. Du fait qu’elles ne s’éloignent pas trop de leur habitat, elles sont utiles dans les plantations car elles ne mélangent pas les pollens et cela permet de bien contrôler le taux de pollinisation localement.

Une technique ultra efficace: l’abeille maçonne récolte des milliers de grains de pollen avec la brosse qui se situe sur son abdomen contrairement à l’abeille mellifère qui le transporte avec ses pattes, comme mentionné ci-dessus 1 abeille maçonne travaille autant que 300 abeilles mellifères.

La menace: en raison de l’urbanisation grandissante, elles trouvent de moins en moins d’endroits adaptés pour leurs habitats et sont sur la liste des espèces menacées, d’où l’utilité des hôtels à insectes, notamment en ville.

La vie des abeilles: les femelles vont pondre des œufs qui se développeront en larves, elles peuvent choisir le sexe de leurs progénitures, les œufs fécondés donnent des femelles et les non-fécondés des mâles. Elles vivent environ 4 à 6 semaines. Les abeilles ne connaissent jamais leur descendance, lorsque les larves deviennent adultes leurs “parents” sont déjà morts, elles meurent pendant l’été après leur travail de couvaison. Leur période active se situe entre mars et juillet, dès le mois d’août l’activité cesse progressivement et les abeilles meurent alors que leur progéniture devient adulte, une fois l’âge adulte atteint, elles commencent à hiberner. Elles se réveilleront en mars afin de commencer leur travail.

Wildbiene + Partner a débuté sur le campus de l’EPFZ, la société vend différentes BeeHome avec une population de départ de 25 abeilles. Vous installez la BeeHome dans votre jardin ou sur votre balcon et dès le printemps, vous pouvez observer leur activité. Vous pouvez également la commander avec un “tiroir” d’observation (photo ci-dessous) et un ticket pour le “nettoyage” de la BeeHome en automne: c’est à dire que la société va enlever tous les parasites et les bactéries qui pourraient se développer et créer des maladies afin que les abeilles survivent à l’hibernation. Vous recevrez aussi des statistiques pour connaître qui peuple votre BeeHome, en effet il existe 614 espèces d’abeilles sauvages différentes (y compris les bourdons) rien qu’en Suisse.

La filiale Pollinature le fait aussi mais pour des populations d’environ 250 abeilles, plus approprié pour les cultures que pour votre balcon!!

Notre BeeHome est pratiquement pleine, les trous bouchés contiennent plusieurs abeilles

Cette semaine, nous avons envoyé notre BeeHome pour le nettoyage et nous l’attendons impatiemment pour la replacer dans le jardin afin que les abeilles hibernent à l’extérieur. Nous ferons connaissance de nos bébés ce printemps! 🙂

référence: www.wildbieneundpartner.ch / www.pollinature.net

Chasing Adventure

Le chant des oiseaux, le bruit du vent dans les feuilles des arbres, tout près l’eau de la rivière, vous vous en souvenez? Un petit goût d’antan, ça s’appelle le silence.. L’odeur du bois d’une cabane dans les arbres au cœur de la forêt, l’endroit rêvé pour se reposer.

Imaginez une soirée dans un arbre, le repas vous est livré par une poulie à laquelle est suspendu un panier en osier rempli de produits du terroir: fromages, viande froide, légumes du jardin, des œufs de la ferme, une tranche de tarte pour le dessert et du pain cuit au feu de bois! Le tout avec un bon verre de vin! Une soirée à jouer à des jeux de sociétés, lire un livre ou simplement prendre le temps de discuter.. du pur bonheur!

Enlevez votre montre, ranger votre smartphone au fond de votre sac et respirez un peu plus profondément que d’habitude, un peu plus longtemps que d’habitude et ne pensez à rien…

Et bien que dans la nature Oui il y a des moustiques, des araignées et des sauterelles qui font la taille de mon pouce (ça existe vraiment!!) ça fait du bien de se reconnecter ou plutôt de se déconnecter, je vous conseille d’essayer! …bon prenez quand même un homme fort avec vous, juste au cas où… on sait jamais, on sait jamais!

xx The Gos

Paillettes de spiruline!

Comment fait-on la spiruline?

The gos est allé à la rencontre de Nataliya qui est une faiseuse de paillettes de spiruline! Avec son mari Arno, ils récoltent la spiruline dans leurs bassins à Payerne, sous l’appellation: MaSpiruline (www.maspiruline.ch).

Les bassins où pousse la spiruline

La spiruline est décrite comme une algue à tort, puisqu’il s’agit de cyanobactéries, qui se développent dans l’eau, puis elle est récoltée, pressée et séchée.

Elle se cultive sous certaines conditions bien précises: l’eau doit avoir un pH entre 9.5 et 10.5, une température idéale de 37 degrés (comme nous) et elle a besoin de phosphore, de souffre et de potassium pour se développer ainsi que d’oligo-éléments.

Elle se nourrit principalement d’azote et de gaz carbonique. Bien sûr, on peut lui ajouter d’autres éléments pour l’enrichir, en fer par exemple. Nataliya a une approche plus artisanale et plus responsable de son exploitation et elle laisse la plante se développer de façon tout à fait naturelle, dans le respect du “vivant”.

C’est pourquoi, MaSpiruline a décidé de récolter qu’en été, grâce à de la chaleur et de la lumière naturelles, sans utiliser de lampes artificielles ni de chauffage. C’est un état d’esprit, une façon de travailler en accord avec la nature en respectant son cycle naturel.

Elle m’a expliqué que le matin lorsqu’elle entre dans la serre, elle sent bien l’air chargée en oxygène, car la spiruline consomme le gaz carbonique dans l’air et libère de l’oxygène.

La spiruline se développe dans les bassins, elle est récoltée environ tous les 3-4 jours, elle arrive dans la récolteuse, qui la filtre, on peut voir ci-dessous cette pâte obtenue après le filtrage, ensuite elle est mise sous presse. C’est qu’après cette étape qu’on peut la déguster “fraiche” sous une forme de pâte. A ce stade, elle n’a pas de goût particulier. Ici, nous l’avons dégustée avec une rondelle de concombre -on peut également tartiner une tranche de pain, avec un peu de sel- agréable en apéritif!

Ensuite la pâte de spiruline est transformée en “spaghettis” qui sont séchés à env. 40 degrés -attention en dessus de 42 degrés, la plante meurt et perd une grande partie de ses propriétés- puis de ces spaghettis, Nataliya -avec sa baguette magique- en fait des paillettes! De la spiruline en paillettes! 😉

Pour être sûre de la qualité du produit final, chaque lot est analysé avant sa commercialisation par un laboratoire agréé pour la bactériologie, vous trouverez ci-dessous l’analyse bactériologique du pot de spiruline:

Fait intéressant, sur la photo, vous pouvez observer 2 “types” de spiruline, l’une très spiralée et l’autre beaucoup moins, la première s’appelle “Lonar” et la seconde “Parakas“, il s’agit de la même espèce mais de 2 souches différentes!

Particule spiralée “Lonar” et la seconde “Parakas”

Pourquoi dit-on qu’elle est un super-aliment? Riche en protéines, la spiruline contient les principaux acides-aminés, une grande quantité d’antioxydants, de vitamines, d’oligo-éléments (zinc et magnésium) et elle a une forte teneur en fer sous une forme facilement assimilable par notre organisme. Oui je vous le dis: “un super-aliment”!!

Donc, ça sert à quoi?

  • combattre l’anémie
  • stimuler et renforcer le système immunitaire
  • réduire la fatigue
  • favoriser la récupération (pour les plus sportifs d’entre nous!)

Elle contient naturellement de la caroténoïdes (provitamine A) qui représente 20 à 25x plus de bêta-carotène que la carotte! Ce qui prépare votre peau au soleil et évite les coups de soleil, de façon naturelle!

Dégustation de spiruline fraiche

Et c’est bon pour la planète, car pour 1 kg de protéine, la spiruline a besoin de 30x moins de surface de culture que le soja, 40x moins que le maïs et 300x moins que la viande de bœuf. Elle consomme beaucoup moins d’eau douce que tout autre aliment, 3x moins que pour le soja, 6x moins que pour le maïs et 50x moins que pour la viande de bœuf.

Il est recommandé d’en manger 1 cuillère à café par jour (environ 3-5 grammes). Pour comparaison, 15 gr de spiruline représente 1/4 à 1/3 des besoins quotidiens en protéine d’une personne pesant 60 kg. Personnellement, j’en saupoudre 1 cc sur mon assiette de flocons d’avoine ou sur mon toast à l’avocat, le matin.

Plusieurs études ont été réalisées afin de venir au secours d’enfants souffrant de malnutrition dans plusieurs pays d’Afrique centrale et en Inde, on a à chaque fois pu vérifier les bienfaits de la spiruline, non seulement sur leurs poids mais également par rapport à leurs performances intellectuelles! Si elle est importante dans notre alimentation, elle est indispensable dans certaines régions de la planète et il apparaît aujourd’hui que la spiruline présente plus que jamais un excellent potentiel dans la lutte contre la malnutrition chronique et pour le développement. In spiruline we trust!

Vous pouvez vous aussi renforcer votre système immunitaire avant l’hiver et lutter contre la fatigue automnale qui s’annonce, en commandant votre pot de spiruline à Nataliya et Arno:

www.maspiruline.ch

Merci à Nataliya de nous avoir reçu et d’avoir pris le temps de nous faire connaître son activité! Nous lui souhaitons bonne chance pour la suite de son aventure et pour ces beaux projets! 🙂

Source: “Bilan et Perspectives” de la Fondation Antenna, 2011, Genève

Always take the long way home

En été, on aime particulièrement être dehors et profiter de la nature, je vous ai déjà proposé deux balades (ici) et en voici une 3e, alors c’est parti?!

VerticAlp – Barrage d’Emosson dans la Vallée du Trient – espace Mont-BLanc

Celle-ci elle fait peur… mais vraiment très peur!! Je n’apprécie pas trop les téléphériques mais je me suis dite que le VerticAlp qui longe la montagne ça devait aller – c’était sans compter avec l’orage, résultat après 15 minutes d’arrêt sous une pluie battante (avec éclairs, grêle et tout et tout!) – ça n’allait plus du tout!

Bref on est quand même arriver en haut et après avoir arrêté de trembler, j’ai pu prendre ce joli petit train panoramique depuis lequel vous avez une vue sur la vallée à couper le souffle!

Il nous a emmené à une 2e cabine, le Minifunic, pour arriver sur le Barrage d’Emosson, de là vous pouvez faire plusieurs balades dont le sentier géologique du Vieux-Emosson (12km – 5h) ou la balade de Charlotte la marmote ( 9.7km – 3h30), pour les plus téméraires, vous pouvez passer par les gorges de la Veudale et rejoindre la Cabane du Vieux-Emosson (www.lacabaneduvieux.ch) ouverte de juin à octobre.

Revenus à la gare du petit train panoramique, vous pouvez vous arrêter au Verticalp Café. C’est d’ici que vous pouvez redescendre à pieds, mais malheureusement l’orage était toujours menaçant et c’était trop dangereux, on a donc repris le VerticAlp! La descente est moins impressionnante que la montée mais quand même, il faut s’accrocher!!

Infos pratiques: vous prenez le funiculaire VerticAlp à Le Châtelard (1125m) et vous arrivez à Les Montuires (1825m), dénivellation 700m avec une pente à 87%! C’est CHF 40.- par adulte et CHF 20.- par enfant (aller-retour pour le funiculaire, le train panoramique et le minifunic), plus d’infos sur le site: www.vertical.emosson.ch

Impressionnant! -C’est la seule photo que j’aie, après j’ai plus osé regarder!!

Bel été …and good luck! 😀